+212 522 98 44 66 ou +212 661-438731 contact@ophtalmologie-maroc.com

Services

Téléphones : +212 522 98 44 66 ou +212 661-438731

UNE QUESTION ? Veuillez nous contacter au +212 5 22 95 00 58 Sinon, utilisez le formulaire ci bas

Ophtalmologie générale

Le contrôle de la vision est recommandé pour toute personne présentant des troubles visuels ou non, en vue de dépister d’éventuelles complications ou le début de problèmes visuels qui ne se manifestent pas selon des symptômes usuels.
Il est conseillé de consulter l’ophtalmologue tous les deux ou trois ans. Les personnes dont le travail est fatigant pour la vue (ordinateurs…) et les sujets souffrant de diabète, d’hypertension artérielle ou ayant des antécédents familiaux de glaucome peuvent avoir besoin de consulter plus souvent.

Le Diagnostic : Cette première étape consiste à examiner l’état des yeux et à identifier le défaut ou la maladie oculaire éventuelle. Plusieurs tests peuvent être envisagés, dont notamment :

Le diagnostic en détails

-l’acuité visuelle : Elle est évaluée grâce à une échelle de Monoyer, un tableau sur lequel est écrit un ensemble de lettres majuscules de différentes tailles. Chaque œil est testé l’un après l’autre et noté selon une échelle de 10/10 à 1/10. 
-la pression intraoculaire : Elle est mesurée grâce au tonomètre. Cette mesure est très utile, car si la pression dans l’œil s’avère trop élevée, elle peut provoquer l’apparition d’un glaucome. 
-Le champ visuel : c’est la partie de l’espace qu’un œil peut percevoir autour du point qu’il fixe. L’examen du champ visuel a pour but de cartographier cet espace, quand l’œil fixe un point immobile situé droit devant lui.
-Le fonds d’œil : permet d’examiner l’alignement des yeuxà l’aide d’un ophtalmoscope, une puissante lumière indolore.
-L’angiographie oculaire : permet une étude détaillée des vaisseaux sanguins pour établir le diagnostic de certaines maladies. L’examen consiste en la prise de photographies du fond d’œil, après injection intraveineuse d’un colorant fluorescent. L’examen est réalisé en ambulatoire (sans hospitalisation).

Traitements

Selon les résultats du diagnostic effectué, l’ophtalmologiste prescrit au patient le traitement adéquat :

-médicaments
-chirurgie ou des explorations complémentaires
-pour mieux cerner la maladie ou le défaut et
-s’assurer de la faisabilité du traitement à prescrire et des contre-indications éventuelles.

Ophtalmo-pédiatrie

Si votre enfant a des problèmes visuels, il est urgent de consulter un ophtalmologiste, en vue détecter le défaut oculaire ou/et éventuellement une maladie congénitale.
Plus les troubles visuels ne sont détectés tôt, mieux ils sont traités.
Actuellement, avec le développement des moyens d’exploration et de diagnostic, on peut mesurer la vision dès le plus jeune âge et mieux encore corriger ses défauts précocement. Ce qui permet d’avoir accès normalement au monde qui l’entoure.
Un dépistage précoce des enfants dès la naissance permet d’identifier ceux qui ont des troubles visuels graves et leur assurer une prise en charge précoce, favorisant ainsi un développement beaucoup mieux adapter à la vie personnelle et sociale.

Diagnostic

L’ophtalmologiste procède à un diagnostic général, notamment en effectuant des examens suivants :
-Test du réflexe de rétrécissement de la pupille,
-Recherche d’un éventuel strabisme,
-Vérification du bon fonctionnement de chaque œil,
-Détection d’éventuelles anomalies de la cornée et du cristallin,
-Mesure de l’acuité visuelle de loin et de près, ainsi que la perception du relief,
-Mesure du défaut optique et/ou un « fond de l’œil » (analyse de la rétine).

Examens complémentaires

D’autres examens complémentaires peuvent être effectués, selon le cas à traiter et le type de trouble identifié. Le dépistage précoce de certaines maladies oculaires chez l’enfant est recommandé dès son jeune âge, notamment en ce qui concerne:
-Le dépistage précoce de l’amblyopie (baisse visuelle importante de l’œil dévié). C’est la plus grande complication du strabisme;
-Le dépistage et le traitement précoce du glaucome congénital. Les signes d’appels sont le larmoiement, une mégalo cornée (grands yeux), une rougeur persistante avec douleur;
-Le dépistage et le traitement précoce de la cataracte congénitale. Les signes d’appel peuvent se manifester par une pupille blanche, un strabisme, le nystagmus (yeux qui bougent tout le temps).

Traitement

Une fois le trouble ou la maladie identifiée, l’ophtalmologiste vous prescrit le traitement adéquat :

-Médicaments, si c’est juste une infection légère
-Port de lunettes, si l’enfant présente un trouble visuel classique (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie…)
-Chirurgie, si l’enfant présente une maladie oculaire grave (strabisme, amblyopie, glaucome congénital, rétinite pigmentaire…)

Chirurgie de la cataracte

Si vous avez la cataracte, vous devez consulter un ophtalmologue, qui pourra déterminer, après un diagnostic, le choix du traitement approprié, en vue de remplacer le cristallin opaque détérioré par une lentille intraoculaire (cristallin synthétique)

1ère étape : Consultation

-La première étape consiste à identifier la maladie, selon des signes cliniques manifestes, dont notamment la baisse de la vision, ainsi que d’autres signes spécifiques.
-Des explorations préliminaires sont effectuées par le chirurgien ophtalmologiste, pour s’assurer de l’identification de la maladie.

2ème étape : Bilan Cataracte

-Le bilan cataracte a pour but de confirmer le type de cataracte à traiter, ainsi que le mode opératoire adéquat. Plusieurs types d’examens sont effectués, notamment :
-Mesure du défaut visuel : mesure de l’acuité visuelle de chaque œil.
-Examen de l’œil au biomicroscope : examen de la cornée et du cristallin ; examen de la rétine et du nerf optique.
-Biométrie : examen qui permet de calculer la puissance de l’implant.
-Optical Coherence Tomography (OCT) : examen par un scanner rétinien au niveau de la macula.
-D’autres examens complémentaires peuvent être effectués, selon le cas à traiter et le type de cataracte identifié.

3ème étape : Préparation de l’Opération

-Si l’opération est envisageable dans des conditions normales, la date de l’opération est fixée en commun accord entre le chirurgien et le patient. Il s’en suit alors :
-L’établissement d’un bilan sanguin du patient ;
-La rencontre avec l’anesthésiste pour des recommandations usuelles ;
-Les formalités du dossier administratif, avec remise de la lettre d’admission à la clinique ;
-Le règlement des frais et des coûts de l’opération par le patient, sur la base d’un prix forfaitaire, selon le type de traitement convenu.

4ème étape : le Jour J de l’Opération

-Le patient se présente le jour J de l’opération à jeun. Il est accueilli par l’équipe médicale, qui lui remet une combinaison spéciale à enfiler à la place de ses vêtements. Il est dirigé par la suite au bloc opératoire et, un relaxant lui est donné.
-L’anesthésie se fait par simple instillation de gouttes oculaires qui insensibilisent la surface de l’œil. Le patient est allongé confortablement sous le dispositif opératoire.Un petit écarteur maintient les paupières ouvertes et l’intervention peut alors se dérouler selon le mode opératoire convenu.
-L’opération se réalise en ambulatoire pour le 1er œil seulement et dure environ 15 à 20 minutes. Le patient quitte la clinique par la suite, avec un bandeau sur l’œil opéré.
-L’opération du 2ème œil interviendra quelques jours après, selon la même procédure.

5ème étape : le Contrôle Post-Opératoire

-Le lendemain de l’opération, le patient se représente à la clinique pour un contrôle postopératoire, en vue de s’assurer des résultats obtenus.
-Le patient récupère son ordonnance et rend visite au chirurgien qui lui enlève le bandeau, le rassure et lui précise les recommandations à observer pendant la période de récupération. Des médicaments lui sont prescrits si nécessaire.

5ème étape : le Contrôle Post-Opératoire

-Le lendemain de l’opération, le patient se représente à la clinique pour un contrôle postopératoire, en vue de s’assurer des résultats obtenus.
-Le patient récupère son ordonnance et rend visite au chirurgien qui lui enlève le bandeau, le rassure et lui précise les recommandations à observer pendant la période de récupération. Des médicaments lui sont prescrits si nécessaire.

Le strabisme

Le strabisme est un défaut d’action des muscles de l’œil et a pour conséquence une déviation de l’œil : le cerveau élimine en effet l’image reçue de l’œil affecté, ce qui entraîne la perte d’une zone de vision. Le strabisme apparaît presque toujours avant l’âge de 4 ans chez les enfants. Le strabisme  peut être traité en faisant travailler l’œil atteint par la pose d’un bandeau sur l’œil sain, par le port de lunettes spéciales ou par la chirurgie. Plusieurs étapes sont nécessaires pour déterminer le degré du strabisme et le traitement approprié :

Diagnostic

1ère étape :
Consultation chez l’ophtalmologue-pédiatre, qui réalise un diagnostic ophtalmologique. Si l’enfant a moins de 2 ans, le fond d’œil est réalisé par défaut ;
2ème étape:
Bilan orthoptique réalisé chez l’Orthoptiste;
3ème étape:
les résultats du bilan orthoptique et l’âge du patient déterminent la solution à envisager :
Rééducation orthoptique avec port de lunettes de correction, contrôle périodique et suivi, Chirurgie, qui nécessite au préalable un bilan sanguin. Elle se pratique en ambulatoire, avec anesthésie générale.

Le kératocône

Si vous avez le kératocône, votre œil atteint  se caractérise par une cornée déformée, qui s’est progressivement amincie et a perdu sa sphéricité pour prendre la forme d’un cône. Souvent, le kératocône s’accompagne d’astigmatisme.

Diagnostic

Vous devez consulter un ophtalmologue qui va effectuer un ensemble d’examens, en vue d’identifier la maladie et de déterminer le traitement adéquat.

Le dépistage du kératocône concerne celui des formes infracliniques de kératocône. Il est effectué grâce à l’examen de topographie cornéenne, en incluant les cartes de courbure, d’élévation et les cartes tomographiques. Certains examens complémentaires (comme la mesure des propriétés biomécaniques de la cornée) peuvent être effectués en complément.

Traitement
  • De nos jours, la chirurgie réfractive permet de traiter le kératocône. Quatre solutions sont ainsi envisageables :

    -Le Cross Linking (CXL) : Il s’agit d’un traitement biochimique qui combine l’application de la vitamine B2 (gouttes de riboflavine) et des rayons UV (ultra-violets). Le Cross Linking permet d’arrêter l’évolution de la maladie et de fortifier la cornée.
    -Les Anneaux Intracornéens : Il s’agit d’implanter deux fragments d’anneaux intracornéens rigides, en plastique (Polyméthylmétacrylate), dans le contour de la cornée pour la renforcer, adapter sa déformation et ajuster sa courbure.
    -PKR Topoguidée : Le Laser est guidé par une topographie de la cornée et, plus souvent, associé à un Cross Linking simultané ou décalé. Il permet de ré-uniformiser la cornée et de diminuer sensiblement le bombement du kératocône.

  • Traitement par Greffe
Traitement par greffe

-La Greffe Cornéenne : Elle consiste à remplacer la partie centrale malade (déformée) de la cornée par une partie de cornée saine. Il existe deux types de greffe cornéenne :
-La greffe transfixiante : c’est la technique classique où la cornée du patient est retirée dans sa pleine épaisseur pour être remplacée par un greffon. Cette chirurgie est bien codifiée, plus facile à réaliser, mais il existe des risques plus importants de rejet de greffe.
-La greffe lamellaire antérieure : cette technique moderne consiste à préserver la partie la plus profonde de la cornée du patient (endothélium) et de rajouter par-dessus le greffon du donneur. Cette technique plus difficile, plus longue et plus minutieuse, a l’avantage de diminuer les risques de rejet de greffe.

Contactologie (les lentilles de contact)

La Contactologie permet au patient présentant un défaut visuel de corriger sa vision, en optant pour les lentilles de contact au lieu des lunettes de vue. Le rôle du contactologue est d’identifier les lentilles qui pourront corriger le défaut visuel et qui s’adapteront aux particularités de l’œil du patient.
Un certain nombre de caractéristiques font que chaque œil est spécifique : rayon de courbure, diamètre de la cornée, qualité des larmes,…

Diagnostic

Le déroulement de check up se fait en 5 étapes :
-1ère étape : Consultation chez le contactologue : un examen clinique est nécessaire, afin de déterminer le ou les défauts de vision et le type de lentilles le plus adapté (selon l’âge, le mode de vie, la profession, l’état ophtalmologique…) ;
-2ème étape : Séances d’essai pour définir les mesures finales des lentilles de correction à porter, ainsi que le type de lentilles (souples ou rigides) ;
-3ème étape : Commande des lentilles, selon prescription du contactologue;
-4ème étape : Premiers essais des lentilles : ajustement et adaptation. Ensuite, aide au port des lentilles : informations sur la manipulation des lentilles et les conduites d’hygiène à tenir ;
-5ème étape : Contrôle et suivi : bilan du port des lentilles environ 1 mois plus tard et puis après, une fois par an.

La consultation ne comporte pas de risques particuliers. Notons tout de même que le port de lentilles peut entraîner des problèmes d’allergie, des réactions inflammatoires, ou encore causer un inconfort, les yeux rouges, une sécheresse, une conjonctivite… En cas de symptômes anorm aux, le patient doit contacter son contactologue pour y remédier.

La chirurgie réfractive

Aujourd’hui, la chirurgie réfractive est une alternative éprouvée, qui vous permet de vous débarrasser de vous lunettes ou de vous lentilles de contact. Pour en savoir si vous êtes un bon candidat pour cette chirurgie, vous devez passer un diagnostic réfractif, qui se déroule en 5 étapes :

1ère étape : Consultation

1ère étape : Consultation Réfractive
-A travers les premières explorations, cette étape permet de savoir si le patient est éligible à la chirurgie réfractive. Elle est destinée à évaluer le défaut visuel et à rechercher une éventuelle contre-indication à une telle chirurgie.
-Au cours de cette consultation, toutes les informations relatives à l’intervention sont transmises au patient. Dès lors, il est possible de fixer la date de la consultation du bilan réfractif préopératoire.

2ème étape : Bilan et choix de la technique

2ème étape : Bilan Réfractif et choix de la technique de traitement
-Ce bilan permet de mieux cerner le défaut visuel du patient et de pouvoir lui proposer la technique opératoire adéquate. La consultation dure environ deux heures durant lesquelles, le chirurgien et son équipe pratiquent un bilan approfondi, notamment à travers les examens suivants :

Evaluation de la vision (avec et sans dilatation) ;
-Topographie cornéenne (cartographie de la face antérieure et postérieure de la cornée) ;
-Pachymétrie (épaisseur de la cornée) ;
-Aberrométrie (mesures des aberrations optiques) ;
-Score (dépistage des cornées à risque) ;
-Fond d’œil (examen de tous les milieux de votre œil) et prise de tension oculaire ;
-Pupillométrie (examen pour évaluer la réaction de vos pupilles face à différentes intensités lumineuses).

Après ce bilan, le patient choisit avec le chirurgien la technique opératoire la plus adaptée, en fonction de :
-la nature et de la puissance du défaut visuel relevé ;
-la courbure et de l’épaisseur de la cornée ;

3ème étape : Préparation de l’Opération

Si l’opération est envisageable, la date de l’opération est fixée en commun accord entre le chirurgien et le patient. Il s’en suit alors les formalités du dossier administratif, avec remise de la lettre d’admission à la clinique. Par ailleurs, les frais et les coûts de l’opération sont réglés par le patient, sur la base d’un prix forfaitaire, selon le type de traitement convenu.

4ème étape : le Jour J de l’Opération

4ème étape : Jour J de l’Opération
-Le patient se présente le jour J de l’opération et est accueilli par l’équipe médicale. Il est dirigé au bloc opératoire et un relaxant lui est donné. L’anesthésie se fait par simple instillation de gouttes oculaires qui insensibilisent la surface de l’œil. Le patient est allongé confortablement sous le dispositif opératoire.Un petit écarteur maintient les paupières ouvertes et l’intervention peut alors se dérouler selon la méthode choisie au préalable.
-L’opération se réalise en ambulatoire. Elle est indolore et se déroule en quelques minutes seulement. La récupération visuelle définitive se fait rapidement. Le patient quitte alors la clinique moins d’une heure après l’opération.

5ème étape : le Contrôle Post-Opératoire

-Le lendemain de l’opération, le patient se représente à la clinique pour un contrôle postopératoire, en vue de s’assurer des résultats obtenus.
-Le patient récupère son ordonnance et rend visite au chirurgien qui lui enlève le bandeau, le rassure et lui précise les recommandations à observer pendant la période de récupération. Des médicaments lui sont prescrits si nécessaire.

5ème étape : le Contrôle Post-Opératoire

5ème étape : Contrôle Post-Opération:
Le lendemain de l’opération, le patient se représente à la clinique pour un contrôle postopératoire, en vue de s’assurer des résultats obtenus. Le patient récupère son ordonnance et rend visite au chirurgien qui le rassure et lui précise les recommandations à observer pendant la période de récupération.

WhatsApp chat